aller à la page
aller au sous-thème du menu
aller au menu principal
vous êtes ici: 

Développement de la coopération dans la collecte de données

Depuis les années 70, des enquêtes sur les transports routiers ont été réalisées en France, en Suisse ainsi qu’en Autriche. Ces enquêtes sont menées sur la base d’un échantillon prédéfini de conducteurs de poids lourds qui font l’objet d’interviews.

En Suisse, depuis l’ouverture du tunnel routier du Gothard en 1980, les données des trafics transalpins ont été systématiquement collectées, en tenant compte à la fois des réseaux routier et ferroviaire. Les informations sur le transport routier ont été collectées par le biais d’enquêtes menées au bord de la route.

En Autriche, les enquêtes sur la route ont été conduites, à la même époque, sur l’ensemble des grands axes routiers, et n’était donc pas concentrées uniquement sur les traversées alpines.

En France, pendant longtemps, les enquêtes menées au bord de la route avaient été mises en place uniquement dans le cadre de projets d’infrastructure spécifiques, sans porter d’attention particulière à la cohérence des divers ensembles de données. Une première enquête nationale concernant les transports de marchandises avait été réalisée entre juillet 1992 et juin 1993 dans la perspective d’accroître les connaissances sur le trafic de transit en France. Les entretiens avaient été réalisés au niveau des traversées alpines et pyrénéennes considérées comme les zones les plus concernées par ce type de trafic. 

En 1994, la Suisse a pris l’initiative de mettre en place une coopération entre les trois pays alpins en ce qui concerne la collecte de données. A cette époque, les sources existantes de données nationales ont été harmonisées et intégrées au sein d’une base de données commune, bien que les enquêtes nationales aient été conduites indépendamment.  En Autriche et en Suisse, des enquêtes de ce genre ont été lancées en 1994. En France, dans la mesure où il n’était pas possible de réitérer la même enquête dans un laps de temps aussi limité, l’étude réalisée entre 1992 et 1993 a été utilisée en tenant compte les trafics enregistrés en 1994.

L’intégration de différentes sources de données a été réalisée sous la responsabilité du service suisse « Dienst für Gesamtverkehrsfragen ».

Pour la première fois, une étude harmonisée a été réalisée par chacun des trois pays alpins, en 1999. Cette harmonisation concernait :

• L’approche globale des méthodes d’enquête et d’échantillonnage,
• Les questions et les catégories de réponses possibles et
• L’échange de données dans un format harmonisé.

En principe, il était possible de combiner facilement les différents ensembles de données relatives aux transports alpins.

Or il s’avère que ces données sont rapidement devenues des sources d’informations précieuses pour les transports alpins. Bien que les données soient exploitées dans divers projets tels que les projets financés par l’Union européenne, c’est le sigle commun « CAFT » qui a été retenu.
 
La dernière phase de développement de l’étude CAFT reposait sur le Processus de Zurich. En 2004, l’étude avait été reconduite une fois de plus par la France, la Suisse et l’Autriche. Les tâches de collecte de données et d’évaluations avaient été confiées au groupe de travail sur la « Mobilité dans la région alpine », sous la présidence de l’Italie. Les estimations, sur lesquelles s’est basée l’extension des études du CAFT, tout comme les résultats globaux, ont été croisées avec les statistiques italiennes. C’est pourquoi, les données CAFT ont été prises en compte en tant que base de données commune pour l’ensemble des pays alpins. Les résultats de l’étude CAFT ont été présentés lors de la réunion des Ministres des transports qui s’est tenue à Lyon, sous la présidence française du Processus de Zurich.

copyright by BMVIT
Bundesministerium für Verkehr, Bau und Stadtentwicklung (Allmand) Ministère de l'Écologie, de l'Energie, du Développement durable et de l'Aménagement du territoire (France) Ministero delle Infrastrutture e dei Trasporti (Italie) Bundesminsiterium für Innovation, Verkehr und Technologie (Autirche) Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication (Suiss) Ministrstvo za promet (Slovénie) Direction générale de l'Energie et des transports